Carnet de voyage d’un couple breton en Russie

Quand deux bretons qui vivent en couple partent à la découverte de la Russie, le dépaysement est forcément total. C’est le cas de Nathalie et de Philippe, des résidents d’une campagne bretonne au demeurant calme qui nous racontent leur périple en Russie à travers la visite de trois grandes villes, notamment l’incontournable ville de Moscou.

L’organisation du voyage en Russie

Le couple tenait particulièrement à visiter le sol russe, qu’ils n’avaient jamais eu l’occasion de visiter. Le couple pensait que l’organisation de ce voyage allait être compliqué. Pourtant, ils ont été surpris par la rapidité et la facilité d’obtenir tout le nécessaire pour prendre leurs bagages et décoller en direction de Moscou. Avant de partir à l’aventure sur les terres russes, Nathalie et Philippe ont tout de même dû suivre certaines étapes pour l’organisation de leur voyage.

  • La définition d’un itinéraire : entre 60 et 90 jours avant de partir, le couple a dû réfléchir aux lieux qu’ils voulaient visiter. Le but est de définir un itinéraire précis avec les dates de passage, les hôtels réservés et les moyens de locomotion. C’est une étape essentielle pour obtenir les visas touristiques ;
  • La réservation des billets d’avion : la réservation se fait généralement deux mois avant le départ. Cela permet de faire des économies sur le prix des billets. Généralement, un vol Paris-Moscou aller-retour coûte environ 350 € ;
  • La demande de visa : elle se fait entre 45 jours et 60 jours avant le départ. Pour cela, le couple devait disposer de son itinéraire de voyage, des billets d’avion, d’un passeport valide, d’une lettre d’invitation et d’une assurance voyage. De nombreux sites spécialisés proposent, par exemple, de faire un visa pour la Russie à Paris.

La découverte de Moscou, une ville en perpétuelle mutation

Le voyage de Nathalie et Philippe débute donc à Moscou où le couple avait réservé un séjour sur le site d’Artel Troika. Il a ainsi pu se plonger dans le quotidien des 16 millions d’habitants de cette ville. Le contraste a été saisissant. Moscou n’a en effet rien à voir avec leur bourgade de 800 habitants et c’est peu de le dire. C’est une ville assez bruyante et dont le rythme des habitants est effréné. Toutefois, « les moscovites peuvent profiter de larges rues et avenues, ce qui finalement ne donne pas l’impression d’évoluer dans une fourmilière malgré ce nombre impressionnant de moscovites ».

Des travaux publics, des chantiers de nouvelles constructions, des maisons en cours de rénovation, Moscou semble être en perpétuelle mutation, toujours selon les dires du couple breton. D’après eux, Moscou donne le sentiment d’être fier de son passé tout en étant tourné vers l’avenir. Ce qu’aura particulièrement apprécié Philippe, paysagiste de profession, ce sont les nombreux espaces verts au sein de la ville. Le jardin Alexandre, le square du Kremlin voire le potager pharmaceutique qui n’est rien de moins que le plus ancien jardin botanique de Russie, auront été « l’occasion de se détendre et se balader dans un coin de verdure ». La fleur qu’ils ont particulièrement pu admirer au fil de leur promenade ? Le lilas « Belle de Moscou ».

Le gigantisme des édifices moscovites a marqué le couple

Du côté des édifices, Nathalie et Philippe auront été subjugués par le gigantisme de certains monuments, notamment et en premier lieu les Sept Sœurs de Moscou qui sont d’immenses gratte-ciels de l’époque stalinienne, construits au lendemain de la seconde guerre mondiale. Dans ce complexe de bâtiments, le couple breton a ainsi pu apercevoir le ministère des Affaires étrangères ou encore l’Université Lomonossov.

Le jeune couple poursuivit par la suite sa découverte du pays par la visite de Kazan, une ville beaucoup plus calme, à mille lieux de l’effervescence de Moscou. Cette ville, qui possède une richesse culturelle extraordinaire, fait partie des principales destinations touristiques de Russie. Mais ça, c’est une toute autre histoire que nous vous raconterons dans un prochain épisode…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *